Textes


Amour et pouvoir   Mise à jour récente !

« Le pouvoir est une composante essentielle de l’échange amoureux. Mais il s’agit d’un pouvoir qui fait agir et réagir plutôt que d’une force qui soumet ». Michel Bozon, Pratique de l’amour, Payot 2016, p. 14 « Remettre ou abandonner une part de soi à l’autre, c’est tout en s’exposant, tenter de gouverner […]


Amour et don de soi   Mise à jour récente !

« Envisager l’amour comme pratique implique de prendre au sérieux l’idée de don de soi […]. Toute relation entre individus s’élabore à partir d’une suite ordonnée de remises de soi partielles, conscientes ou inconscientes. On s’en tiendra aux relations amoureuses. Même si la notion de remise de soi peut s’appliquer […]


Mary C. LAMIA, Marilyn J. KRIEGER, Le syndrome du sauveur, pp. 250-252

« Bien qu’il y ait des différences importantes d’une catégorie de sauvé à l’autre, les sauvés dans leur ensemble ont souvent vécu des expériences similaires susceptibles d’expliquer leur condition. Parmi celles-ci, on trouve la maltraitance et le besoin temporaire d’être secouru. Les sauvés maltraitants et maltraités. Il existe dans toute relation […]


Mary C. LAMIA, Marilyn J. KRIEGER, Le syndrome du sauveur, Eyrolles pp. 232-248

« Les partenaires des sauveurs ont tous en commun le besoin ou le désir d’être secourus : ils veulent qu’on les guérisse, qu’on les guide, ou qu’on leur donne du pouvoir. […] les sauvés peuvent être répartis en deux principales catégories […]. La première, les désemparés, rassemble ces partenaires qui sembles passifs, […]


Gilles Deleuze, Félix Guattari, L’Anti-Œdipe, Minuit, pp. 32-35

D’une certaine manière, la logique du désir rate son objet dès le premier pas : le premier pas de la division platonicienne qui nous fait choisir entre production et acquisition. Dès que nous mettons le désir du côté de l’acquisition, nous nous faisons du désir une conception idéaliste (dialectique, nihiliste) qui […]


Sartre, élections piège à cons

En 1789 on établit le vote censitaire : c’était faire voter non les hommes mais les propriétés réelles et bourgeoises qui ne pouvaient donner leurs suffrages qu’à elles-mêmes. Ce système était profondément injuste puisqu’on excluait du corps électoral la majeure partie de la population française mais il n’était pas absurde. Certes […]