Audience devant la Tribunal administratif de Poitiers 20 septembre 2017 à 9h30 5


Mon audience devant la Tribunal administratif de Poitiers m’opposant au Rectorat de Poitiers, se tiendra le mercredi 20 septembre 2017 à 9h30.

Il s’agira de connaître quelle est l’orientation du rapporteur public concernant l’éventuelle annulation ou confirmation de ma sanction disciplinaire qui a été prononcée le 25 mars 2015 et qui a ordonné ma mutation d’office (sanction la plus importante du deuxième groupe).

Le délibéré définitif n’interviendra que quinze jours après l’audience.

Jean-François CHAZERANS

chazerans.fr


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 commentaires sur “Audience devant la Tribunal administratif de Poitiers 20 septembre 2017 à 9h30

  • Sophie Dubé

    Bonjour, je découvre votre « affaire » mais elle ne m’étonne pas, la liberté de parole n’existe pas en France, pour personne, encore moins pour les fonctionnaires qui doivent respecter le fameux « devoir de réserve » (qui est une aberration mais qu’on leur opposera dès qu’il remueront une oreille et feront un pas en dehors des sentiers battus). L’Éducation Nationale est une institution que je n’hésite pas à qualifier de stalinienne – je peux le faire maintenant que j’en suis sortie . Les enseignants doivent être aux ordres de leur hiérarchie, je me le suis fait rappeler assez souvent par la dite hiérarchie. Quant à « développer l’esprit critique des élèves » et leur apprendre à tout remettre en question et à entendre les arguments de tout le monde…Vous aggravez votre cas!!! On prétend que c’est le but de l’Éducation Nationale mais c’est un mensonge éhonté, bien sûr. Que ferait-on de citoyens qui se posent des questions et remettent en question les dogmes dans une société où en lieu et place d’information(s) les « journalistes » nous déversent en prédigéré ce qu’on doit penser..?? Allons, voyons !
    Je suis bien sûre indignée de ce qu’on vous fait subir, même si ça ne m’étonne pas. Je suis désolée qu’on décourage ainsi les meilleurs d’entre nous, ceux qui font réellement leur métier et contribuent à développer l’intelligence de nos jeunes et à les préparer à être des adultes responsables.
    Bon courage,